Plasticienne

Les confidentes de l'eau

Eté 2017, je réalise une installation visuelle et sonore qui esquisse celle que je présenterai pour la biennale des Arts Plastiques de Besançon fin octobre 2017. Cette installation est composée d'une texte qu'on écoute avec un casque dans un petit espace sombre doté d'une fontaine animée par 7 petites statues féminines : les confidentes de l'eau.

voici le texte :

 

 

L’eau nous parle en petits chuchotements transparents :

 

Elle dit que violente et barbare elle a dévalé les montagnes en riant entre les rochers.

 

Elle dit que l’hiver, elle se déguise en fraiches étoiles juste pour faire briller les yeux des enfants.

 

Elle dit que mélancolique elle paresse et serpente aux sédiments des plaines pour donner à l’aube, sa fraicheur aux cerisiers.

 

Elle dit que chaude et ronde elle sourd et coule dans le ventre des femmes, polissant doucement la tête des enfants.

 

Elle dit qu’elle lance des déferlances de vagues pour faire peur aux bateaux, aux marins des longs cours, pour aiguiser leur force.

 

Elle dit que ses passages furtifs dans la grandeur du ciel courtisent les jardins, les champs et le travail des hommes.

 

Elle dit que le désert l’absente, la cherche, le prive de vie, de survie, la prie de lui donner son potentiel d’amour.

 

Elle dit qu’elle couche avec la terre, qu’elle la féconde, sauvage et douce.

 

Elle dit qu’elle est la reine au pays des poissons qu’elle mène en bancs légers, ludiques et animés dans la légende des mers.

 

Elle dit que le museau des vaches, des chiens, des tigres la flairent avec amour, la boivent avec respect comme s’ils lapaient le sang d’une nouvelle déesse.

 

Elle dit aussi que l’Histoire a construit des maisons, des villes et des villages, aux rives de son passage. On y baigne les enfants, on charrie des bateaux plein de vivres et d’aventuriers du monde entier.

 

Elle dit qu’un jour les Hommes sauront qu’ils l’ont trahie, salie, méprisée. Ils comprendront que chaque goutte de sa transparence est une boule de cristal dans laquelle s’écrit l’avenir du monde.

 

 

 

 

Texte et installation© fémino-aquatique de Martine Tatu

 

La fabrique éphémère

Qui dit écriture, dit papier! Qui dit papier, dit mémoire! Qui dit mémoire, dit carnet!

C'est le petit jeu auquel je me suis prêtée en fabriquant, et en customisant des carnets destinés aux écrits comme aux croquis. Ils sont garnis de cuir à l'extérieur et de papier reliure à l'intérieur. Certains sont ornés de linogravures et d'autres de motifs floraux évoquant les anciens papiers peints..

Hommage aux fusillés

Dans le cadre de La Maison des Ateliers, j'ai participé à une exposition collective en hommage aux fusillés de l'escalier Vermoret à Baume les Dames. Ces hommes sont morts tués par les nazis. 

J'ai produit une installation (peinture sur papier goudronné), qui figure une scène de crime.

Autre installation sur le même thème

Fragile 1

L'installation " FRAGILE" est un travail qui parle de la fragilité du monde et de notre quotidien. Au cours de l'exposition en juillet 2016 à la Maison des Ateliers à Baume les Dames, j'ai invité le public à  laisser un message. 

L'installation est visible dans le cadre de "L'Art en vitrine" dans une vitrine de la ville, rue Felix Bougeot à Baume les Dames. Voici des images de cette installation.

messages/réactions

j'avais promis de publier quelques réactions du public devant mon installation, les voici :

 

 « À quoi servirait de fragiliser la fragilité ? »

 

                                                               Anonyme

 

 

 

« Notre quotidien est FRAGILE, mais pas assez pour nous faire bouger. On vit encore bien dans son petit confort ; les accidents , les attentats, ça ne peut pas arriver ici n’est-ce pas ?

 

Nous ne voudrions pas que les choses aillent plus mal. Mais tendons collectivement vers une révolution bienveillante mais déterminée également.

 

Merci pour ce lieu (Maison des ateliers NDLR), où on partage avec des gens avec qui on aurait envie de faire quelque chose. »

 

                                                            Anonyme

 

 

 

« Je suis fou de rage, il faut que les choses changent ! (référence au film)

 

Notre monde est fragile !

 

Merci Martine pour ton œuvre qui m’interpelle »

 

                                                           Anonyme

 

 

 

« Cette exposition m’a surpris, elle me paraît être le bon moyen de nous interroger sur notre époque en pleine mutation.

 

Ce constat de fragilité de notre existenceque je partage peut être aussi une ouverture sur une nouvelle façon d’appréhender le monde et de vivre ensemble »

 

                                                         Anonyme

 

 

 

« Pour un psy, la fragilité est une matière »

 

                                                         Valentine

 

 

 

 

 

 

Je ne trempe pas ma plume

dans un encrier, mais

dans la vie.

 

 

Blaise Cendrars

 

 

Contact :

coplume@gmail.com

+33(0)670707394

+33(0)381842681